Le blog de l'agence immobilière Pole Immobilier
2 Sep

Le prix de l’immobilier à Cour-et-Buis ne baisse pas !

Avec la Covid, la rentrée de septembre s’annonce certainement un peu particulière cette année… Vous souhaitez vendre ou acheter un bien immobilier à Cour-et-Buis ? À quoi ressemble le marché au niveau de la reprise, des prix ? Explications.

La crise sanitaire et ses conséquences économique et sociale n’ont pas réussi à enrayer la tendance haussière des prix des appartements anciens dans les grandes villes. D’ailleurs, après un 1er semestre d’accélération de la hausse dans la quasi-totalité des villes de plus de 50 000 habitants, il faudrait une chute de près de 9 % des prix sur le reste de l’année pour, qu’au final, l’indice des prix reste stable sur 2020 (respectivement, un effondrement de près de 15 %, pour une baisse de l’indice de 3 %). Cela semble peu probable, même compte tenu des baisses de revenus attendues dans le sillage de la crise sanitaire et des restrictions de l’accès au crédit imposées par la Banque de France.

Ainsi, dans près d’un quart des villes de plus de 50 000 habitants, l’augmentation des prix se poursuit maintenant à un rythme annuel supérieur à 10 % (un tiers à plus de 8 % sur un an). Et la progression se fait presque partout plus vive, de mois en mois. Dans les villes du Grand Est impactées dès le début de la crise sanitaire par la Covid-19, la hausse des prix accélère d’ailleurs : comme, par exemple, à Metz et surtout à Mulhouse qui enregistre maintenant l’augmentation la plus rapide (+ 12,8 %). Cela se constate aussi dans les villes de la Seine-Saint Denis où la crise a été sévère avec des hausses de plus de 10 %.

En juillet, les prix signés (mesurés en niveau annuel glissant) ont ainsi augmenté de 5.2 % sur un an, contre + 4.0 % il y a un an à la même époque. Depuis le début de la crise actuelle, la hausse annuelle des prix se maintient donc à plus de 5 %. Et aucun mouvement de baisse générale ne se dessine : d’ailleurs, les prix n’ont reculé en juillet que dans 5 % des villes de plus de 100 000 habitants, confirmant le constat établi depuis avril dernier (contre 8 % en mars et 12 % en janvier et en février).

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée